Ingrid Douchin Sophrologie

Diplômée CFSP

06 63 82 01 57

Le monde de l’entreprise

Vous êtes un chef d’entreprise soucieux de la Qualité de Vie au Travail de ses salariés : nous pouvons instaurer un programme de prévention des Risques Psycho-Sociaux et lutter contre l’absentéisme :  apprendre à mieux se concentrer, faire des pauses récupératrices, mieux gérer son stress et ses émotions, prévenir les TMS…

Exemple de Thématique :

« La Sophrologie, une aide précieuse pour gérer la pression du quotidien. Mieux vivre l’instant présent en s’adaptant aux situations anxiogènes. ».

La place de la sophrologie dans l’entreprise.

« Plus on aura de considération pour autrui, mieux on comprendra qu’il faut arrêter de sacrifier la qualité de la vie au nom d’un hypothétique rendement ».

Matthieu Ricard

Le monde dans lequel nous vivons n’a de cesse d’évoluer. Ces changements constants ne respectent pas particulièrement la nature humaine et nous avons été que trop peu préparés à cette société de surconsommation et de mondialisation, dont la croissance ne cesse sa progression infernale. Nos systèmes de références et nos valeurs sont bouleversés. Les pressions extérieures nous font négliger notre hygiène de vie et notre bien-être passe en second plan.

L’entreprise n’est désormais plus considérée comme unité familiale. Et face à cette réalité, les acteurs de la vie économique ont chacun leurs propres attentes.

Du point de vue de l’entreprise :

Quel que soit le secteur d’activité, les mots récurrents d’une entreprise sont : pragmatisme, efficacité, productivité. La Direction attend toujours plus : plus de rendement, plus de concentration, plus d’investissement. Et moins…d’absentéisme. (L’absentéisme en France a augmenté de 8% : il s’élève à 5,10 % en 2018 contre 4.72 % en 2017-chiffres du Baromètre Ayming).

Du point de vue du salarié :

Le salarié se sent exploité, non considéré. L’avenir l’inquiète. Il lutte pour ne pas être aspiré dans le cercle vicieux du stress. La fatigue s’installe insidieusement. (La fatigue psychique remplace la fatigue physique depuis que nous sommes passés à une économie tertiaire et elle n’est pas prise en compte sérieusement.) Le sommeil est perturbé et les conséquences sur la santé sont innombrables. Le burn-out est une de ces conséquences désastreuses. Et un jour, on se dit « Si j’avais su… ». (« Mon burn-out » de Roch Denis ; éditions Michel Fafon, 2017)

Depuis une dizaine d’années l’entreprise est sensibilisée aux Risques Psycho-Sociaux. Mais il est temps qu’elle aille au-delà en comprenant et intégrant les bienfaits de la détente chez ses salariés et qu’elle entende les différences entre pauses distrayantes et pauses récupératrices. Il est temps que les salariés acquièrent les techniques en ce sens : détente musculaire en prévention des troubles musculosquelettiques (TMS) et détente psychique grâce à des techniques de prévention des Risques Psycho-Sociaux (RPS).

Il est grand temps que chaque collaborateur travaille à l’unisson pour lier bien-être et travail, deux notions complémentaires dont chacun pourra jouir des bénéfices.

Mon objectif personnel :

Au lieu de se plaindre de tous ces états de fait propres à la société actuelle en se positionnant comme victime de celle-ci, je souhaite inciter l’individu à être plus responsable de sa vie. Car si on ne peut pas changer le monde dans lequel nous vivons, nous pouvons apprendre à nous intégrer à lui. La Sophrologie aide à prendre du recul et sa pratique régulière aide à cultiver la fameuse notion du verre à moitié plein et non à moitié vide…

J’aime aider les salariés à acquérir des gestes automatiques, des réflexes détente à reproduire partout dans leur quotidien, que ce soit au travail certes, mais aussi en rentrant chez eux. Qu’ils apprennent à respirer « au bon endroit » : dans leur ventre ; qu’ils retrouvent cette respiration qui leur était naturelle au début de leur vie. En effet, l’individu, au fur et à mesure de sa vie et de ses ennuis, s’est laissé dominer par son mental pour remplacer sa respiration abdominale par une respiration haute, une respiration thoracique qui coupe l’humain de ses ressentis et qui bloque le processus d’oxygénation des organes internes.  J’aime les aider à se reconnecter à leur corps, leurs ressentis, leurs émotions.

« Être pleinement conscients pour agir, pour être acteur de sa vie, au lieu de la subir. Être dans la simplicité de l’instant et vivre vraiment. Se donner ce temps à soi pour être mieux avec les autres. » Anne Jamelot-Bonnaillie, Sophrologue.

Être conscient pour pouvoir enfin enclencher une démarche vers un changement positif. Et conscientiser chaque jour, c’est faire de la sophrologie ! Dans une journée le corps envoie des signaux qui bien souvent ne sont pas écoutés. En sophrologie c’est le moment pour cela.

Donner l’envie de devenir autonome pour enfin installer la sophrologie non pas comme une obligation de pratique pour aller mieux, mais comme un art de vivre. Que l’humain cesse de « faire, faire et encore faire » dans le but d’avoir toujours plus et qu’enfin, il privilégie le simple fait d’ÊTRE.

En conclusion, force est de constater que dans le monde de l’entreprise, la tension s’est installée d’un bout à l’autre de la chaîne. Et si la beauté d’une entreprise existe par les qualités humaines des femmes et des hommes qui y travaillent, la sophrologie est une aide précieuse pour vivre le présent, pour prévenir des difficultés, pour se respecter et respecter l’autre, pour développer ses capacités, pour se responsabiliser. Mais rappelons que, si la sophrologie a toute sa place, elle n’est en rien magique ! Seule la pratique sera garante de résultats.

Dans le monde de l’entreprise, la Sophrologie sera animée ainsi :

  • Une sophrologie pragmatique: laisser toute notion conceptuelle au profit de techniques expliquées par les intérêts qu’elles procurent. Par exemple, l’utilité de se libérer des tensions inutiles pour dégager de l’espace mental, être plus concentré sur son travail, récupérer facilement.
  • Une sophrologie pratique: entraînement non postural à la différence du yoga. Les techniques se font debout ou assis, avec les vêtements que l’on porte pour travailler, pas besoin de se changer.
  • Une sophrologie efficace : apprendre à localiser les tensions puis les relâcher par des stimulations simples et douces. Agir pour prévenir. Ne plus lutter contre le stress mais comprendre son utilité, l’apprivoiser et enfin développer et utiliser ses propres capacités. Tout un programme de prévention contre le burn-out, les TMS qui sont des fléaux et représentent une part importante d’absentéisme.